HISTORIQUE DE

L' Union Sportive Carmausine

 

Le rugby est implanté à CARMAUX depuis 1921. Deux clubs, l'Olympique de Carmaux et le Football Club Carmausin défendent leurs couleurs :

 

  • L'Olympique de Carmaux, club patronné par la Société des Mines avait son siège au "Café de la Poste", puis au "Café de la Comédie", et sous les couleurs rouge et noir, pratiquait sur le stade des Mines qui deviendra plus tard "Les Amouriès" les doubles activités du football et du rugby. Sous la présidence de Monsieur MARAQUIN, ingénieur en chef de la Houillère, les heures de gloire sont :
    • 1927 : Champion de gloire 2è série
    • 1928 : Finaliste Promotion (actuellement)
    • 1929 : Finaliste Honneur (actuellement)

 

  • Le Football Club Carmausin était lui patronné par la Municipalité. Cette société sportive rattachée à la Fédération Française de Rugby et à la Fédération d'Athlétisme avait vu le jour en 1922. Son siège se trouvait au "Café de la Paix", place Jean Jaurès. Avec ses couleurs vert et noir, elle évoluait sur le stade de Solages. Son palmarès était aussi brillant que celui de l'Olympique :
    • 1923 : Champion de France 4è série
    • 1924 : Finaliste 3è série
    • 1926 : Champion de France 2è série

     

A l'Olympique, des joueurs tels que Escribe et Ceseau furent internationaux. Au Football Club, Augustin Malroux, Jean Vareilles s'illustrent à la tête de l'équipe fanion. Beaucoup d'autres joueurs ont été célèbres et nombreux sont ceux qui se souviennent des exploits des Ruperts, Pablo, Redondo, Hébrail et Albert.

 

Inutile de dire que l'existence de ces vaillantes équipes n'allaient pas sans rivalité et que chaque saison, l'événement attendu était la rencontre qui les opposait. Ces matchs se déroulait d'ailleurs dans une atmosphère "passionnée".

 

Il devint nécessaire de trouver une solution pour mettre fin à ces luttes fratricides. C'est dans un esprit alliant la sportivité et la sagesse que fût signé l'acte de naissance de l'Union Sportive Carmausine. Les dirigeants de l'Olympique et du Football Club signèrent la fusion le 6 décembre 1940. Le siège social était fixé au "Café de la Paix" place Jean Jaurès, où il demeura jusqu'en 1971. Le vert et le rouge devinrent les couleurs de l'écusson du club, que les joueurs portaient sur un maillot blanc.

 

Le terrain fut d'abord le stade de Solages de 1940 à 1948. Puis de 1948 à 1970, celui des Amouriès accueilla les rencontres et depuis, elles se déroulent sur le stade Jean Vareilles. De 1941 à 1944, en période de guerre, la vie sportive tourna au ralenti. En 1945, les activités reprirent et sous la présidence de Marcel Paulhès, l'USC remporta le titre de Champion des Pyrénées. En 1947, l'USC tomba en quart de finale de la Coupe de France devant la grande équipe de Lourdes et au même stade de la compétition en 1951 devant Pau.

Mais la saison 1950/1951 fût celle de la consécration suprême puisque l'US Carmaux devint Champion de France 1è division en tombant Tarbes par 14 à 12 au Stadium de Toulouse. Il faut savoir que Carmaux est aujourd'hui l'un des rares clubs amateurs à avoir obtenu ce titre.

 

Les saisons suivantes furent moins brillantes et les causes du déclin nombreuses. Chaque année, le club lutta pour éviter la chute en 2è division, mais celle-ci se produit en fin de saison 1971. Cela ne dura pas puisque l'équipe entraînée par Jean Régis remporta le titre de Champion de France 2è division face à Nice en 1972, sur le terrain de Perpignan.

 

La ville connut ensuite la crise charbonnière. Beaucoup de joueurs durent s'expatrier. Chaque année, l'effectif est entièrement remanié à cause des départs. Heureusement, l'école de rugby fournit chaque année de très bons joueurs. Carmaux sera une fois de plus Champion de France, mais cette fois de 3è division en 1995. Puis en 1998, l'équipe évolua en Championnat des Pyrénées Honneur. La saison 1999/2000 est celle de la remontée en Nationale 3, après un titre de Champion des Pyrénées obtenu face à Alban.

 

En 2004, sous la présidence de Pierrot Rayssac, le club réussit à monter d'un échelon pour se retrouver en fédérale 2 et affronter ainsi des clubs réputés tels que Tulle, Sarlat, Valence d'Agen ou Rodez. Malheureusement, Carmaux ne parviendra pas à se maintenir à ce niveau là et joue aujourd'hui en fédérale 3.